Maeva FILLION Chiropracteur - Blooming Bees

Rencontre avec Maëva, chiropracteur

Aujourd’hui Blooming Bees vous amène à la découverte de la chiropraxie avec la rencontre de Maëva Fillion. Cette médecine alternative « développe la santé des patients » et permet « d’optimiser leur niveau de vitalité et de mobilité articulaire »…Maëva nous en dit sur son métier et ses bienfaits.

Blooming Bees – Parle nous de toi, qui es-tu ?  

Maëva FILLION – Je m’appelle Maeva FILLION, j’ai 26 ans et je suis chiropracteur dans le 19ème arrondissement de Paris.

Ce que j’aime tourne principalement autour de la découverte de soi et des autres, du respect de la vie et de la bienveillance. J’aime donc découvrir le monde, la nature, la cuisine végétale et au maximum locale, la mode éthique et les petits créateurs, adopter un mode de vie approchant du minimalisme, le développement personnel, le yoga, la méditation et lire des livres qui abordent tout ces thèmes !

B.B – Qu’est-ce que la chiropraxie ?

M.F – La chiropraxie est une thérapie manuelle visant à rétablir la santé au sens où elle est définit par l’Organisation Mondiale de la Santé, à savoir un état de complet bien-être physique, mental et social.

C’est une pratique holistique qui se base sur le fonctionnement du système nerveux, véritable chef d’orchestre de notre corps.

B.BPourquoi as-tu choisi cette discipline plutôt que l’ostéopathie ou la masso-kinésithérapie ?

M.F – Je pense que mon choix s’explique principalement par mon parcours : j’ai découvert la chiropraxie via ma petite sœur et ma maman qui avaient rencontré un chiropracteur lors d’un salon étudiant alors que j’étais redoublante en première année de médecine.

C’était en décembre 2011 et avec mes partiels arrivant en janvier elles m’ont conseillé de consulter ce chiropracteur pour mieux gérer le stress des exams, me vider un peu la tête et être plus réceptive à ce que j’apprenais.

C’est en le consultant que j’ai découvert la chiropraxie, un peu dubitative au début je dois bien l’admettre… Et c’est par le biais de nos échanges et de ses ajustements (c’est le terme chiropratique) que j’ai compris que le corps et l’esprit fonctionnaient comme un tout et que la médecine qui découpe les patients en organes indépendants les uns des autres ne serait pas pour moi. Déjà à l’époque j’étais attentive à ma santé, à mon alimentation et je limitais la prise de médicaments préférant en première intention laisser mon corps réagir et l’aidant au besoin avec des huiles essentielles.

Et disons que l’ambiance de compétition et de loi du plus fort qui régnait en médecine ne correspondait pas vraiment à celle que je suis qui évolue bien mieux dans l’entraide et la bienveillance.

J’ai décidé de terminer mon année, et j’ai fait ma demande d’inscription à l’école de chiropraxie.

Malgré une baisse de motivation pour le concours j’ai été acceptée en école de masso-kinésithérapie, le rêve non réalisé de ma maman, pas le mien. Les différentes rééducations faites dans mon enfance et adolescence ne m’ayant guère donné envie de me tourner vers ce métier.

J’ai donc cédé ma place et passé les entretiens pour rentrer à l’Institut Franco-Européen de Chiropraxie, seule école de chiropraxie en France.

J’ai été acceptée et mes bons résultats en médecine m’ont permis de rentrer directement en 2ème année en validant auparavant un stage de remise à niveau sur des matières spécifiques telles que l’anatomie et l’imagerie.

Je suis donc rentrée à l’IFEC en même temps que ma petite sœur, elle en première année après son bac et moi en deuxième, deux filles, deux chiros !

Quant à l’ostéo, la question ne s’est pas vraiment posée, la filière avait la réputation d’être bouchée, et c’est vraiment la spécificité des ajustements et le travail sur le corps entier via le système nerveux qui m’ont attiré vers la chiropraxie.

B.B – La chiropraxie pour quoi et pour qui ?

M.F – La chiropraxie s’adresse à tous, du nouveau né au sénior.

Les motifs de consultation sont multiples et dépendent beaucoup de l’âge et du mode de vie, en voici un petit aperçu :

  • pour les tout petits, après la naissance qui est notre premier traumatisme à tous pour un premier bilan, et d’autant plus en cas de symptômes tels que régurgitations, coliques, difficultés de succion et d’allaitement, plagiocéphalie ou brachycéphalie (tête plate), syndrome de KISS…
  • dans l’enfance et l’adolescence viennent les premières chutes et les pics de croissance, le chiropracteur va être vigilant quant à l’apparition de scolioses, de difficultés de sommeil, de troubles de l’attention, d’énurésie, de troubles digestifs, d’otites à répétition…
  • chez les adultes les consultations sont souvent liées aux conditions de vie, au stress au travail ou en famille, aux blessures sportives, aux accidents divers… On retrouve dans les symptômes qui font consulter, les tensions musculaires, les lombalgies, les douleurs cervicales, les difficultés de sommeil, les difficultés de digestion, les maux de tête…
  • la grossesse est également un moment clé, car on sait qu’une maman en pleine santé donnera le meilleur au bébé qui grandit dans son ventre. La chiropraxie va soulager les douleurs et maux liés aux changements physiologiques de la grossesse, préparer le bassin à l’accouchement mais aussi aider un bébé qui se présente en siège à se retourner s’il le souhaite.
  • chez les personnes âgées la chiropraxie va permettre de soulager les différents maux du vieillissement tels qu’arthrose, tendinites, canal carpien, sciatiques… Et donc permettre de vieillir au mieux de sa forme !

B.B – Qu’est-ce qui te rend heureuse dans ta vie professionnelle ?

M.F – Ce qui me rend particulièrement heureuse c’est le fait de véritablement pouvoir aider les personnes qui me consultent, aussi bien en aidant leurs corps à supporter toutes les habitudes de vies qu’elles ont eu jusque là, qu’en leurs donnant des conseils et des clés pour qu’elles puissent être les acteurs de leurs vies et de leurs santé de demain.

Je suis également profondément touchée par la confiance que m’accordent les patients en me recommandant à leurs familles et entourages. Y a-t-il une plus grande marque de confiance que celle de parents qui vous confient leurs enfants pour que vous en preniez soin ? J’en retire beaucoup de gratitude.

Et puis il faut bien le dire, je suis passionnée par l’humain et un peu bavarde alors j’adore rencontrer et échanger avec de nouvelles personnes chaque jour venant d’horizons différents, cela m’apporte énormément personnellement.

 

Si vous avez envie de tester, on ne peut que vous encourager à passer entre les mains experte de Maëva ! 🙂
Maëva FILLION -Chiropracteur
17 Rue Carducci 75019 Paris
07 68 39 54 68

Laisser un commentaire