Concilier vie privée et vie professionnelle - Blooming Bees

Concilier vie privée et vie professionnelle

« La meilleure condition de travail, c’est les vacances. » Jean-Marie Gourio

A l’heure de la numérisation intensive, de la dématérialisation totale et, en un mot, du tout numérique, la question de la déconnexion se pose et les réponses à apporter sont multiples.

D’abord, il y a ce droit issu du Code du Travail, et notamment de sa révision par la loi El Khomri. En résumé, il stipule que l’entreprise doit mettre en place des moyens de « régulation » de l’utilisation des outils numériques de sorte à ce que ces usages soient « raisonnables ».

Des termes flous, mais qui ont le mérite d’exister et qui ont permis à une grande majorité d’entreprises et de collectivité, dès le 1er janvier 2017, de mettre en place des chartes ou des accords assurant « le respect des temps de repos et de congé ainsi que de la vie personnelle et familiale ».

Mais alors comment un outil destiner à améliorer nos performances professionnelles – voire nos conditions de travail elles-mêmes – pourrait-il avoir également un impact négatif sur notre vie hors travail ?

Et surtout : comment s’en prémunir ?

Nous parvenons généralement assez bien à le faire sur notre lieu de travail, notamment lors des moments de pauses, qu’elles soient formelles (pause méridienne, par exemple) ou informelles (pauses café, notamment).

Dans ces pourtant courts instants il nous est évident de simplement penser à autre chose qu’au travail, comme si une partie de nous prenait alors le dessus et nous permettait un moment d’évasion. Un instant dans un ailleurs, presque loin de notre lieu de travail, loin de nos pensées habituelles, loin de nos tâches, de nos activités en cours… Presque exactement comme on pourrait le faire lorsque nous sommes captés par un bon film, un roman haletant ou une musique entrainante. Dans cet instant, nous nous laissons simplement transporter vers un autre univers, une autre histoire. Comme pour s’échapper un instant de ce que nous sommes, de notre vie actuelle ; et pour vivre, le temps d’une nouvelle, d’une série ou d’un opéra, une expérience tout autre, déconnectée de nos sensations habituelles.

Les techniques d’Hypnose actuelles utilisent fréquemment cette capacité que nous possédons à pouvoir nous extraire de certaines situations parfois stressantes ou angoissantes. Lorsque nous nous sentons oppressés ou qu’une problématique nous emprisonne nous cherchons à ne plus y penser, à nous en échapper. Ce transporter vers un ailleurs est parfois plus rassurant, plus sécuritaire ou tout simplement plus simple.

Imaginez que vous puissiez sortir de votre corps le temps d’un instant. Quitter cette enveloppe physique que vous portez, avec son poids, sa chaleur, son odeur, sa motricité… Laisser de côté tout ce que vous transportez au quotidien, vos pensées, vos soucis, vos émotions, vos souvenirs… Sortir un moment de ce corps pour vous retrouver ailleurs. Peut-être juste pour vous regarder d’un autre point de vue, plus objectif ; différent en tout cas. Et prendre le temps de ressentir ce que cette expérience peut créer en vous. Comment le point de vue sur les choses peut être différent quand on ne les vit pas, comment toutes les pensées peuvent être plus légères quand ce n’est plus vous qui les portez…

Et pourquoi pas, laisser voyager cette partie de vous vers un ailleurs. Peut-être un lieu agréable, celui d’un souvenir ou d’une émotion. Se laisser transporter vers ces sensations, comme pour simplement se permettre de ne ressentir que ça, complètement. Et savourer ce moment en y ajoutant tout ce qu’il faut pour qu’il soit à vous et qu’il vous fasse du bien. Prendre le temps qu’il faut pour modeler cette bulle hors du temps, pour qu’elle résonne en vous.

Et imaginez maintenant que chacune des pauses que vous prendrez au travail se passe comme ça. Qu’elle soit une évasion complète de la sphère professionnelle, un voyage vers un ailleurs, vers votre bulle à vous, hors du temps.

Difficile à croire. Et pourtant si le travail nous enferme dans sa propre bulle sans que nous ne le voulions parfois, pourquoi ne pourrait-on pas lorsque nous le souhaitons, nous en extraire pour profiter des bienfaits d’une autre bulle : la pause ?

Laisser un commentaire